Les Chinois et l’âge d’or des comics américains [中国人与美国漫画的黄金时代]

L’âge d’or de la bande-dessinée américaine, qui s’étend de la fin des années 1930 (création de Superman, 1938) au début des années 1950 (apparition du Comics Code Authority, 1954) a donné naissance à quantité de super-héros dont le succès ne se dément pas. Ceux-ci prennent le relais, sous forme de bande-dessinée, des héros nés avec le roman populaire à la fin du XIXe siècle et au début du XXe : Sherlock Holmes (1854), Rocambole (1857), Arsène Lupin (1905), Tarzan (1912), Zorro (1919)… mais aussi des héros plus sombres : Fantômas (1910), et notre méchant chinois par excellence, Fu Manchu (1912)…

En effet, les personnages chinois trouvent une place de choix dans les cases des comics. Mais force est de constater qu’à part quelques très rares exemples dissidents, on ne rencontre que deux types de personnages bien distincts : les Grands Méchants, et les jeunes acolytes au service d’un Gentil occidental.

Dès les premiers temps du comic américain, on voit apparaître des personnages de méchants chinois, comme c’est le cas dans Flash Gordon qui combat pour sauver la planète de l’ignoble Ming the Merciless. Calqués sur le modèle de Fu Manchu, ces anti-héros combinent les mêmes caractéristiques : très éduqués, parfaitement intégrés à la société américaine (ils parlent parfaitement anglais et portent le costume occidental lorsqu’ils sortent), ces « masterminds » sont suprêmement intelligents : c’est le cas de Chen Chang (Mystery Men Comics (#1-24), Green Mask #5-6)), The Mandarin (Blue Ribbon Comics #22), Mad Ming (Funny Pages #36), ou encore Chung Hang (Fight Comics #1-30), tous apparus entre 1940 et 1942. Très inspirés du Péril jaune, ces personnages sont généralement à la tête d’un gang (The Black Mandarin, Mad Ming…), ou mieux, d’une organisation secrète aux multiples ramifications (le Si-Fan de Fu-Manchu, le Conseil des Sept auquel appartient Great Question (Amazing Man Comics #5-26), le « Green Claw Triad » (Mystery Men #10, 1940)). Ah Ku, Princess of Crime, l’un des rares personnages féminins parmi les Méchants, règne également sur un réseau d’immigrés illégaux à New York.

Professeur_Octopus

On trouve également des méchants plus fantaisistes, comme le Professor Octopus (Four Favorites #1), qui dispose de quatre bras et de griffes, ou de Nang Tu, grande prêtresse veillant sur un diamant géant au milieu de l’Himalaya.

Figure de l’envahisseur par excellence, il faut mentionner la récurrence du personnage de Genghis Khan qu’on retrouve dans les comics tout au long du XXe siècle (Smash Comics #67, Fight Comics #81, True Comics #82, Horrific #4, Pep Comics #48, Thrilling Comics vol. 10 #3, Captain Marvel Jr. #8, Air Fighters Comics #4, Captain Midnight #58, Master Comics #73…) avec une très grande liberté historique (Genghis Khan s’allie aux nazis, se bat contre des aliens, est à la tête d’un commando d’oiseaux géants…) Rarement présenté comme un personnage initial du comics, Genghis Khan est une figure que l’on invoque, à qui l’on fait appel, et qui s’allie aux méchants, en fonction des circonstances. On retrouve également quelques descendants auto-proclamés (Jungle Comics#2, Minute Man #2), et même une apparition d’un ancêtre du grand Khan (Smash Comics #35).

Apparaissant pour la plupart entre 1939 et 1942, ces comics font la part belle à la lutte contre les Japonais. Chez les méchants, on trouve « The Mallet », un espion Japonais ayant infiltré l’armée chinoise et qui agit avec son acolyte chinois Tiang (Daredevil Comics #11), The Black Mandarin (Whiz Comics #34), un Japonais se faisant passer pour un Chinois et menant une organisation criminelle en Chine, et Professor Octopus, qui travaille pour les Japonais.

Du côté des gentils, il s’agit également de se battre contre les Japonais, mais pas tout seul. Le bon Chinois est un personnage secondaire qui aide le héros occidental dans son combat : c’est le cas de Wing Lee, boy patriot, qui assiste l’Américain Bill Anderson (Blue Beetle #21), ou des troupes chinoises en général qui suivent « Red » McGraw, qu’ils surnomment « The Dragon » (Doll Man #2-6).  L’union contre l’adversité japonaise est aussi l’occasion de nouer de grandes amitiés. C’est ainsi que Burma Boy, sauvé des Japonais par Green Turtle (Blazing Comics #1-5), devient son fidèle allié, ou que Chop Suey, ayant secouru Captain Aero, entre à son service (Captain Aero Comics #15-20). Fidèles et dévoués, les personnages chinois sont abonnés aux rôles d’assistants : Wing Ding accompagne le détective Link Thorne (Airboy Comics), Zee est au service de Marvelo (Big Shot Comics), Ah Choo travaille pour le très musclé Great Defender (Hit Comics #18-34), Wong Lee est le jeune ami de Bobby Benson (The H-Bar-O Rangers) et Chop Chu l’assistant de Pen Miller (Crack Comics #23-59 et National Comics #1-22).

On trouve néanmoins de très rares « Grands gentils » chinois, comme Fu Chang (Pep Comics #1-11), qui combat le crime à San Francisco, ou le très original détective Dr Fung, qui renverse les codes en luttant pour le bien avec un jeune acolyte américain, Dan Barrister, et des blagues sur les citations confucéennes. A notre connaissance, un seul personnage occidental agit pour le bien sous un déguisement chinois, Barry Moore, créé par Henry Campell, et qui combat le crime en se faisant passer pour un warlord chinois, sous le nom de Scarlet Seal (Smash Comics #16).

Ah-Ku

Marion Decome

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s