Survoler l’histoire de Chine à travers le changement de nom de Pékin [北京名称历史变更 — 中国历史的缩影]

Les fouilles archéologiques réalisées à Zhoukoudian周口店[1] dans les années 20 révèlent que la région de Pékin était déjà habitée par le Sinathropus pekinensis (ou Homo erectus pekinensis) à l’époque du pléistocène, il y a 500.000 ans. Or c’est sous le nom de Ji que la ville de Pékin est mentionnée pour la première fois dans l’histoire écrite de Chine : Le roi Wu renversa le règne de Yinzhou, et ensuite il retourna à sa base située à Shangluo. Aussitôt il descendit de son char et conféra aux descendants de Huangdi la terre de Ji [2]. Cela prouve que l’existence de la ville de Pékin remonte au moins à l’époque des Zhou occidentaux (1121-771 a.e.). Parallèlement, un autre royaume tributaire, Yan, fut conféré au Duc Zhao召公. Les royaumes de Jiet de Yan se trouvent tous les deux dans la région de l’actuelle Pékin. Plus tard, le royaume de Yan devint plus puissant et annexa le territoire de Ji. L’ancienne capitale du royaume Ji — la cité de Ji fut désignée comme la nouvelle capitale du royaume de Yan. De là vient une autre appellation traditionnelle de Pékin, Yanjing燕京 (la capitale de Yan), encore utilisée de nos jours. Cela marque le début de l’histoire de la construction de la ville de Pékin.[3]

Sous l’Empire des Qin (221-207 a.e.), l’ancien royaume de Yan était divisé en six comtés郡 ; le comté où se trouve la cité de Ji s’appelle Guangyang广阳. Sous les Han occidentaux, Pékin connut plusieurs changements de nom : le royaume de Yan, le comté de Guangyang, le royaume de Guangyang, puis le comté de Guangyou广有.[4] Sous les Han orientaux, la région de Pékin relevait de l’administration de Youzhou幽州.

Ensuite, la Chine resta divisée de 220 à 580, et Pékin fut témoin d’une série de changements de régime. Durant la dynastie la plus courte dans l’histoire de Chine, celle des Sui (581-618), la cité de Ji se situait dans le comté Zhuo涿郡. Sous la dynastie des Tang (618-907) qui installa sa capitale à Chang’an长安 (Xi’an西安aujourd’hui), Pékin devint la préfecture de Youzhou幽州.

Les Khitan, fondateurs de la dynastie des Liao (947-1127), adoptèrent le système de cinq capitales五京制[5] ; Pékin, en tant que capitale secondaire 陪都 fut nommée Nanjing南京 (la capitale du sud), par rapport à sa situation géographique, au sud de Shangjing上京 (la capitale suprême).

Sous les Song (960-1279), Pékin fut appelée Yanjing燕京. Puis, les Jürchen s’emparèrent du nord de la Chine et y fondèrent la dynastie des Jin (1115-1234). Les Jürchen ont opté pour Pékin comme capitale et l’ont baptisée Zhongdu中都 (la capitale du milieu). En 1215, Gengis Khan conquiert cette ville et change son nom en Yanjing燕京. Environ un demi-siècle après, Khubilai charge le fonctionnaire Liu Bingzhong刘秉忠[6] de la construction de la nouvelle cité impériale des Yuan (1271-1368) à Pékin, connue désormais par les Chinois sous le nom de Dadu大都 (la Grande Capitale), et Cambaluc (la ville du grand Khan) par les Occidentaux.

Après les Mongols, les Han reprennent le pouvoir sur la Chine, ouvrant une nouvelle époque, celle des Ming (1368-1644). Le troisième empereur Zhu Di朱棣 décide de transférer la capitale de Nanjing à Pékin. L’ancienne ville du grand Khan est nommée Pékin-Beijing北京 (la capitale du nord), appellation que la dynastie suivante, celle des Mandchous (1644-1911), a préservée jusqu’à la République. En 1928, le gouvernement nationaliste transfère la capitale de Pékin à Nanjing ; Pékin devient Beiping北平 (la Paix du Nord). A partir de 1949, avec l’installation de l’administration centrale du régime communiste, cette ville retrouve sa position de capitale sous le nom de Pékin.

Il faut noter que parmi les cinq dynasties qui ont élu Pékin comme capitale, quatre sont fondées par les peuples de la steppe : les Khitan, les Jürchen, les Mongols, et les Mandchous. Cela prouve la grande importance stratégique de Pékin pour la conquête de l’Empire du milieu.

Du Lili


[1]                周口店, dans l’arrondissement de Fangshan ( 房山 ), à 42 kilomètres au sud-ouest de Pékin. Le site de découverte fut inscrit sur la liste du Patrimoine mondial en 1987 de l’UNESCO. Pour plus d’informations, voir http://whc.unesco.org/fr/list/449/

[2]               [ Wǔwáng kè yīn, fǎn shāng, wèi jí xià chē, ér fēng huángdì zhīhòu yú jì武王克殷,反商,未及下车,而封黄帝之后于蓟 ] Un chapitre du «Livre de musique» du «Livre des rites»

[3]                Hou Renzhi侯仁之/Deng Hui邓辉, «Origine et évolution de la cité de Pékin» (Běijīngchéng de qǐyuán yǔ biànqiān北京城的起源与变迁), Zhongguo shudian chubanshe, 2001, p.25

[4]                Zhang Yongjun章永俊, «Histoire de l’industrie artisanale de Pékin» (Běijīng shǒugōngyè shǐ北京手工业史), Renmin chubanshe, 2011, p.69

[5]                Les cinq capitales sont : la capitale suprême (Shangjing上京), qui se situe en Mongolie intérieure de nos jours ; et quatre capitales secondaires : Nanjing (南京) qui est Pékin d’aujourd’hui, Dongjing (东京),  Liaoyang (辽阳) de nos jours, Zhongjing (中京) en Mongolie intérieure et enfin Xijing (西京), qui correspond au Datong (大同) des temps modernes.

[6]                ( 1216 – 1274 ), homme politique et écrivain de la dynastie des Yuan

                                                                                                                                                

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s